Transport routier : Finexs, Buca, Touristique, Garanti et Butrans flashés en excès de vitesse sur la RN3

2
Crédit Photo: bougna.net

Finexs Voyage, Buca Voyage Touristique, Garanti et Butrans Voygage flashées plus de 77 fois (en 11 jours) en excès de vitesse par le radar fixe de Mbankomo. C’est en tout cas le résultat d’une enquête menée dans le cadre de la phase répressive des infractions d’excès de vitesse sur la Route nationale N°3 (axe Douala-Yaoundé).

Le ministère des Transports qui publie ces résultats, rappelle qu’à elles seules, ces cinq agences de transport routier interurbain représentent plus de 70% du nombre total d’infractions constatées sur cet axe routier au cours de cette phase répressive (entre le 29 novembre et le 09 décembre 2018).

Ce n’est pas la première fois que Finexs Voyage, Buca Voyage, Touristique et Garanti se retrouvent dans le viseur des radars des équipes de prévention routière. En octobre 2018, au cours d’une séance de travail avec les promoteurs des agences de transport routier interurbain, Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe avait présenté un rapport accablant sur leur comportement sur les routes.

A elles seules, Finexs Voyage, Buca Voyage, et Touristique Express Voyage avaient commis 2 336 infractions sur les 3 591 cas enregistrées par les équipes de prévention routière. Ce qui représente plus de 65% des cas de violations du Code de la route (port de ceinture de sécurité, excès de vitesse, mauvaise qualité des pneus, etc.).

Pour réduire le nombre d’accidents de la circulation, et transformer « les axes taxés de meurtriers en axes de vie », le ministère des Transports avait alors annoncé la mise en place d’un « cahier de charges (qui Ndlr.) sera remis aux différents responsables de compagnies de voyage. Celui-ci leur servira de boussole pour organiser leurs activités », avait alors déclaré Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe.

Le communiqué du ministre renseigne sur le comportement des agences de transport routier interurbain. Mais la publication, par voie de presse, de ce rapport sur les infractions routières commises soulève des interrogations. Notamment sur l’utilité de cette démarche susceptible de nuire à l’image des contrevenants.

Le choix de la durée de l’enquête (10 jours seulement), alors que la période des fêtes de fin d’année (qui court sur 30 jours) est considérée comme critique ; le type d’infraction ciblée (l’excès de vitesse) au détriment des autres infractions (comme port de la ceinture de sécurité, la surcharge, etc.), jettent un doute sur la sortie du ministre des Transports.

Dans sa note, Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe « invite les promoteurs desdites agences de voyage à se rapprocher de la direction des Transports routiers de son département ministériel aux fins de prendre copies de leurs rapports d’infractions, dans un délai de 15 jours à compter de la date de signature du communiqué. Faute de quoi, lesdits rapports seront transmis à la Police judiciaire pour suite de la procédure pénale ». 

 

Lire aussi :

13/02/2019      Deux morts à la suite d’une dispute entre agents communaux et moto-taximen à Yaoundé

08/02/2018      Ngalle Bibehe prépare un « Tsunami » dans le secteur du transport routier interurbain 

02/02/2019      Les auto-écoles « Planète », « Européenne » et « Canal 2 » suspendues à titre conservatoire par le ministère des Transports 

04/12/2018      Finexs Voyages, Buca et Touristique au Top du Sommier d’infractions de la prévention routière 

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here