Camair-Co : Conseil d’administration électrique sous le ciel nuageux de Yaoundé

0
DG et PCA Camair-Co Conseil d'Administration. Crédit Photo: bougna.net

La 48e session du Conseil d’administration extraordinaire de la Cameroon Airlines Corporation (Camair-Co) s’ouvre ce jour dans le ciel de Yaoundé. L’ordre du jour porte sur « l’examen de la situation administrative, financière et technique de la compagnie », annonce Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe, PCA, dans la lettre d’invitation envoyée à Louis Georges Njipendi Kuotu, Directeur général.

Selon le projet d’ordre du jour parcouru par bougna.net, 11 points sont au menu des travaux. Le compte-rendu de l’exécution des résolutions de la 47e session du Conseil d’administration du 25 juin ; le point sur les ouvertures des escales et leurs rentabilités ; le point sur les partenaires locaux et internationaux ; et le point sur l’audit interne complet, pour ne citer que ceux-là.

Louis Georges Njipendi Kuotu est surtout attendu sur le point concernant la situation de la compagnie. Notamment « la gestion des ressources humaines ; des départs en retraite et du plan de rajeunissement des effectifs (…), l’examen des dossiers d’Appel à candidatures internes aux postes de Directeur de la Planification et du contrôle de gestion et de Directeur Commercial et Marketing », peut-on lire dans ledit document.

Point d’achoppement

Un point controversé, à l’origine de la convocation de cette session du Conseil d’administration. Rappelons que dans sa lettre adressée au DG de Camair-Co le 20 août dernier, Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe accuse Louis Georges Njipendi Kuotu d’avoir pris des décisions contraires aux prescriptions du Conseil d’administration.

A LIRE SUR BOUGNA.NET

Mayday, Mayday ! Camair-Co en danger ! Désaccords dans le Cockpit ! Retour en zone de turbulence…

« Au moment où les résultats des actions à mener sont toujours attendus, vous me faites tenir ce jour, une correspondance dans laquelle je relève (…) un redéploiement massif du personnel entraînant de ce fait un accroissement de la masse salariale, alors qu’il est question de maîtriser les charges pour tendre vers une autonomisation financière progressive de la compagnie », écrit-il.

Dans sa correspondance, le Président du Conseil d’administration « relève aussi des nominations de certains responsables sans accord préalable du Conseil d’administration ; (et Ndlr.) la désignation de certains personnels à des postes non-encore intégrés dans les textes organiques ».

Il conclut en demandant purement et simplement au Directeur général de la compagnie de « procéder à l’annulation pure et simple de tous ces textes signés le 19 août 2019, jusqu’à la production des résultats de l’audit et la validation de l’organigramme de la société par un prochain Conseil d’administration ».

Eclairages

La réaction du Directeur général ne se fera pas attendre. Trois jours plus tard (le 23 août 2019), Louis Georges Njipendi Kuotu répond à son Président du Conseil d’administration.

« Au premier plan, écrit-il, lesdites décision (…) interviennent toutes dans un contexte marqué aussi bien par d’impérieuses nécessités de service, que par l’impulsion de la dynamique commandée par la mise en œuvre de la stratégie de stabilisation à moyen terme, pour laquelle j’ai sollicité et obtenu l’approbation du Conseil d’administration en date du 25 juin 2019 », écrit le Directeur général.

A LIRE AUSSI SUR BOUGNA.NET

Louis Georges Njipendi Kouotou (DG Camair-Co): « Nous sommes fermement décidés à nous positionner sur le chef-lieu de la région du Nord »

Il explique qu’« à ma prise de fonction (…) plus de 70% des postes prévus par son organigramme, approuvé par résolution du Conseil d’administration (…) étaient soit non pourvus, soit occupés à titre intérimaire, y compris pour ce qui est des rangs de directeurs ».

Par exemple, ajoute Louis Georges Njipendi Kuotu, « des postes stratégiques tels que ceux de Directeur Commercial, et de Chefs de département de la Régulation centrale, de la Tarification et Distribution, du Contrôle des recettes commerciales etc., étaient vacants alors que ces structures sont appelées à gérer au quotidien, des questions d’une importance névralgique pour les opérations de la compagnie ».

Cette réponse fera long feu. En effet, une semaine presque jours pour jours après sa réponse, Louis Georges Ndjipendi finit par se plier à aux injonctions du PCA. Et décide d’annuler les « nominations et désignations à titre intérimaire » prises les 19 et 20 août.

 

Lire aussi :

02/08/2019      Cameroun : Louis Paul Motaze va auditer les comptes des trois années de gestion d’Ernest Dikoum 

24/04/2019      Le cas Camair-CO au menu de la 4e Revue du Programme économique et financier du Cameroun avec le FMI 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here