Mayday, Mayday ! Camair-Co en danger ! Désaccords dans le Cockpit ! Retour en zone de turbulence…

1
Ngalle Bibehe et LG Njipendi Kouotou Camair-Co. Crédit Photo: bougna.net

Trois mois après l’éjection de Ernest Dikoum du « cockpit de Camair-Co », l’« Etoile du Cameroun » s’approche inexorablement d’une nouvelle zone de turbulence. Dans une correspondance signée le 20 août 2019, et largement relayée sur les réseaux sociaux, Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe, le Président du Conseil d’administration, enjoint à Louis Georges Njipendi Kouotou (Directeur général) de « procéder à l’annulation pure et simple de tous (les) textes signés le 19 août 2019 ».

Parmi ceux-ci, le texte portant redéploiement « massif » du personnel, la nomination de certains responsables, et la désignation de certains personnels à des postes au sein de la compagnie nationale de transport aérien.

Coûts de points

Le redéploiement querellé concerne la nomination d’environ 13% du personnel de la Camair-Co à 65 postes au sein de la compagnie nationale. Un redéploiement aux accents tribaux, comme l’affirment différentes sources non-officielles.

A LIRE SUR BOUGNA.NET

Ernest Dikoum : Pourquoi la mise en œuvre du Plan de relance de Boeing n’était pas urgente

Il « ne prend pas en compte l’équilibre régional car les Chef de Départements Anglophones et originaires du Nord-Ouest et Sud-Ouest sont rétrogradés au profit de la minorité Bamoun. Plus grave encore, un simple agent de comptoir sans expérience se retrouve à cumuler les postes de chef de Service Commercial et Représentant dans la région du Centre (Yaoundé) », confie une source restée sous anonymat dans un post parvenu à bougna.net.

Des textes qui, sont totalement déconnectés à la réalité de l’entreprise, et des objectifs fixés à l’équipe dirigeante.

Mise au point

Par exemple, explique Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe, le redéploiement massif du personnel « entraîne de fait un accroissement de la masse salariale, alors qu’il est question de maîtriser les charges pour tendre vers une autonomisation financière progressive de la compagnie ».

A LIRE AUSSI SUR BOUGNA.NET

Louis Georges Njipendi Kouotou (DG Camair-Co): « Nous sommes fermement décidés à nous positionner sur le chef-lieu de la région du Nord »

A ce grief, le Président du Conseil d’administration ajoute « les nominations de certains responsables sans accord préalable du Conseil d’administration. Et la désignation de certains personnels à des postes non-encore intégrés dans les textes organiques ».

Pourtant, rappelle-t-il au Directeur général, « Lors de la passation de service, le ministre des Transports, Président du Conseil d’administration de Camair-Co, avait instruit au Top management entre autre, de réaliser un audit interne sur le plan des infrastructures, des ressources financières, matérielles et humaines, et de mettre l’accent sur le volet commercial de la compagnie ».

« Par ailleurs, ajoute Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe, il vous avait été demandé de tout mettre en œuvre pour stabiliser l’entreprise et bien maîtriser son environnement avant tout mouvement du personnel ».

Mal en point

Trois mois après la crise qui a secoué l’entreprise, et qui s’est soldée par le départ de l’ex-Directeur général, Camair-Co se retrouve à nouveau en proie à une crise entre Directeur général et Président du Conseil d’administration. Une traversée de zone de turbulence devenue normale pour la société camerounaise.

A LIRE AUSSI SUR BOUGNA.NET

Le cas Camair-Co, au menu de la 4e revue du Programme économique et financier du Cameroun par le FMI

Ces dix dernières années, la cohabitation au poste de commandes de l’avion semble difficile. A son époque, l’équipe Edouard Akame Mfoumou (PCA) et Frédéric Mbotto Edimo (DG) connaît son lot de crises. Les deux pilotes nommés en septembre 2013 sont en désaccord au sujet du management de l’entreprise.

Un an, presque jours pour jours après sa nomination, Frédéric Mbotto Edimo est éjecté du Cockpit, et remplacé, le 20 juin 2014, par Jean Paul Nana Sandjo, à l’époque membre du Conseil d’administration.

deux ans plus tard, le 22 août 2016, Jean Paul Nana Sandjo est débarqué de l’avion, au profit du tandem Ernest Dikoum (DG) et Mefiro Oumarou (PCA). Après plusieurs crises, entre les deux nouveaux promus, Mefiro Oumarou est remplacé par Louis Georges Njipendi Kouotou à la tête du Conseil d’administration. Ce dernier, à l’issue d’une crise ouverte avec Ernest Dikoum, finira par le remplacer.

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here