Port de Douala-Bonabéri : Vérités et mensonges sur les chiffres de la RTC et de DIT

0
Terminal à conteneurs du Port de Douala-Bonabéri. Crédit Photo: PAD

C’est la vérité la plus éclatante de la Régie déléguée du Terminal à Conteneurs du Port de Douala-Bonabéri. Au cours du mois de janvier 2019, l’entreprise créée par le Port Autonome de Douala a dépassé les réalisations de Douala International Terminal. Avec « 34 000 conteneurs (manutentionnés Ndlr.) ». Contre seulement 28 893 TEUS pour l’ex-gestionnaire du Terminal à Conteneurs au cours du mois de janvier 2018 (voir tableau).

Contrairement aux informations qui ont circulé début février dernier, et qui faisaient état d’un chiffre d’affaires de 25 milliards de FCFA enregistré par RTC dès son premier mois d’exploitation, il n’en est rien. La fille du PAD annonce « un chiffre d’affaires de 4,060 milliards de FCFA ».

Une performance en baisse d’environ 40 millions de FCFA (soit près d’1%) par rapport à ce qu’avait réussi à collecter la filiale du groupe Bolloré. « Une performance au regard de l’état de vétusté avancée des équipements et de délabrement des infrastructures et superstructures hérités par la jeune entité », tente d’expliquer le PAD.

 

Sur le Terminal

Sur les navires en attente à la bouée de base (révélé par Jeune Afrique et contesté par le PAD), des documents parcourus par bougna.net sont contradictoires. Entre le 28 janvier et le 11 février 2020, 10 bateaux sont passés sur les quais du Port de Douala. Dont deux sur le Terminal à Conteneurs.

Entre le 27 janvier et le 10 février, le tableau montre 11 navires à la bouée. Dont quatre Porte-conteneurs en attente d’accostage sur le Terminal à Conteneurs du Port de Douala-Bonabéri (exploité par RTC).

Sur les trois prochaines semaines (entre le 09 et le 27 février 2020), 27 bateaux sont annoncés. 15 d’entre-eux seront manutentionnés par la Régie déléguée du Port Autonome de Douala (RTC).

Ces données reflètent-ils la réalité sur le terrain ? Oui, répond Gabriel Manimben. Président du Groupement professionnel des aconiers du Cameroun (GPAC), et Administrateur-Directeur général de l’Agence des Prestations maritimes, il est l’un des acteurs les plus importants du secteur portuaire national.

Analyses

« On parle de la congestion c’est tout à fait faux. Il n’y aucun navire porte container en attente », fait-il remarquer.

Cependant, note-t-il, on observe un surcroît d’activité au port de Douala. « Les grands armateurs (Maersk et CMA – CGM) ont doublé leurs volumes  sans que pour autant la capacité d’accueil ait changé. Si la RTC ne travaillait pas 7/7 et 24/24 la situation serait ingérable ».

Les deux premiers mois de la Régie déléguée du Terminal à Conteneurs ne se déroulent cependant pas dans le calme et la sérénité. Certains observateurs, qui ont souhaité gardé l’anonymat, citent quelques difficultés rencontrées par le nouvel opérateur du Terminal à Conteneurs.

A LIRE SUR BOUGNA.NET

Cyrus Ngo’o : « On a annoncé que ça ne sera pas possible. Je peux vous certifier que les choses se passent bien »

« La tâche de la RTC est encore plus ardue du fait que les navires font du surbooking et ne transportent pas tous les containers bookés faute d’espaces dans le navire. Ce qui oblige la RTC à faire du retour des containers dans le parc, dispersant ainsi les énergies », raconte notre source.

Elle ajoute cependant que « La RTC a permis de ramener la facturation de la manutention bord au Cameroun. Ce qui a empêché la fuite des devises. Car elle a supprimé l’affacturage qui était jusqu’ici faite à Puteaux ».

 

Lire aussi :

14/01/2020      Cameroun : Entre le 02 janvier et le 12 janvier 2020, RTC a déchargé et chargé un total de 4806 conteneurs (PAD) 

11/01/2020      Cameroun : Régie du Terminal à Conteneurs (RTC) applique une réduction de 10% sur ses tarifs 

09/01/2020      Port de Douala-Bonabéri : RTC a manutentionné 1000 conteneurs en une semaine (PAD) 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here