IBRAHIMA YAYA (Pdt GTTC) : Notre organisation va construire un siège à Kribi

0
Ibrahima YAYA, Président du GTTC

Concrètement, quel était l’objet de la récente réunion entre le GTTC et le PAK ?

L’objet de cette réunion tenue par visioconférence entre notre groupement et l’autorité portuaire de Kribi visait à accompagner de manière concrète et sincère le Directeur Général du PAK dans sa politique de développement de la zone portuaire et par ricochet, de la ville de Kribi, bien entendu dans notre domaine de compétence, qu’est le transport terrestre. Il va de soi qu’on ne peut parler d’un port sans parler du transport routier des marchandises. Nous sommes complémentaires et il importe qu’on se parle assez souvent, pour que la chaîne reste fluide. Il y va de la compétitivité et de la performance même du port. Bien que son exploitation soit effective depuis bientôt trois ans, nous constatons que Kribi est encore en cours d’installation et nous avons le devoir citoyen de l’accompagner afin que les bonnes pratiques se mettent en place tout de suite.

D’où le siège annoncé à Kribi…

Effectivement ! Le GTTC annonce un siège à Kribi dans l’intérêt non seulement de rassurer les Commissionnaires agréés et autres clients qui font passer leurs marchandises par ce port, mais aussi et surtout rassurer le Directeur Général du PAK de la mise en œuvre effective de notre partenariat qui se veut gagnant-gagnant.

 

Quels retours recevez-vous de vos pairs à propos du service rendu au port de Kribi ?

Globalement, les rapports qui nous parviennent sont satisfaisants et même très encourageants. Kribi est sur une très bonne voie. Seulement, l’essentiel n’est pas d’aller au sommet mais de maintenir la bonne position aussi longtemps que possible. Par expérience, nous voyons qu’au début, les choses se passent toujours bien mais au fil du temps, au lieu de s’améliorer on a tendance à changer négativement de cap. Nous envisageons un siège à Kribi justement pour veiller au maintien de la qualité de service qu’offre actuellement le port et pouvoir tirer rapidement la sonnette d’alarme en cas de dérapage en vue.

 

Lors de votre séjour de prise de contact au PAK, vous avez soulevé quelques problèmes. Ont-ils été solutionnés ?

Pour l’instant, les difficultés sont minimes et négligeables. L’idéal est que le port se maintienne à cette position. Depuis toujours, à Kribi comme ailleurs, nous nous plaignons du délai de pose de balise GPS, qui reste un épineux problème. Mais il est important de relever qu’il y a une légère amélioration et nous sommes en train de travailler avec la Direction Générale des Douanes (DGD) dans le sens de remédier définitivement à cette préoccupation majeure. Autre problème soulevé à Kribi, celui de la construction des aires de stationnement des camions. Le PAK et les services techniques du GTTC sont à pied œuvre dans le cadre de nos engagements respectifs, afin de solutionner durablement cet autre problème.

Cette Interview a été publiée dans “La Lettre du PAK” N°062 du 27 août 2020. Le titre et la photo d’illustration sont de la rédaction.

 

Lire aussi : 

25/02/2019      Moïse Vokeng (REPTROC) « Il y a une complicité entre les agents des Impôts et les transporteurs du GTTC » 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here