Transport aérien: L’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen reçoit le Certificat d’aérodrome de Classe A

0
Aérodrome de l'aéroport international de Yaoundé-Nsimalen

Sept ans, que Thomas Owona Assoumou, le Directeur Général de la société Aéroports du Cameroun (ADC) travaille à l’obtention de ce qu’il appelle lui-même un « sésame ». En recevant le parchemin des mains de Assoumou Paule, Epouse KOKI, la DG de l’autorité de l’Aéronautique (CCAA), il avait comme l’impression de recevoir une récompense. Récompense au dur labeur engagé depuis 2016, et qui l’a contraint à subir une batterie d’audits.

Un audit de certification sur piste, et des audits de suivi de la phase 3 du processus de
certification qui est adossé sur les standards de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI).

La certification
Durant cette phase d’évaluation sur le terrain, les inspecteurs de l’autorité de l’aéronautique se sont appesantis une bonne dizaine de points. L’état des infrastructures et
équipements, l’administration de l’aérodrome, la mise en place d’un système de gestion de la sécurité acceptable, et la mise en œuvre effective des procédures relatives à plus d’une demi-dizaine d’aspects.

L’inspection de l’aire de mouvement, l’entretien de l’aire des mouvements; le sauvetage et la lutte contre les incendies, le compte rendu des donnée d’aérodrome, la gestion de l’aire de trafic, la sécurité de l’aire de trafic, l’entretien des aides visuels et installations électriques de l’aérodrome, la sécurité lors des travaux sur l’aérodrome, la gestion
du risque faunique, le contrôle des obstacles, les accès à l’aire de mouvement, l’utilisation des véhicules sur l’aire de mouvement, la gestion des situations d’urgence sur l’aérodrome, et l’enlèvement d’avions accidentellement immobilisés.

Mais, précise Paule Assoumou, épouse KOKI, « La certification de l’Autorité aéronautique se limite à des aspects qui concernent la sécurité, la régularité, et l’efficacité des installations, des services, des équipements et des procédures d’exploitation de l’aéroport. Elle ne s’étend pas à des aspects comme les services aux passagers, au fret, pour lesquels le gestionnaire de l’aérodrome est encouragé à chercher d’autres certifications de type industriel ».

Difficultés
La certification ainsi décernée a une durée de validité de deux ans. L’entreprise Aéroports du Cameroun souhaite profiter de cette période de grâce pour vendre l’image de l’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen.

Elle qui, durant toutes ces années de réforme, a su profiter de l’accompagnement de divers acteurs. L’ASECNA, dans la réhabilitation de la centrale électrique et du balisage lumineux. L’Autorité aéronautique dans la mise à niveau des infrastructures et des équipements de sûreté par l’Autorité aéronautique, la réfection du marquage de l’aire de mouvement, et  l’installation d’une centrale électrique pour l’alimentation de l’aire de trafic.

L’élaboration d’un manuel d’aérodrome acceptable, et la coordination avec les autres
intervenants dans la chaîne de sécurité de l’aéroport ont également constitué les conditions sine qua non à l’obtention de ce précieux certificat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here