Des combattants de l’Ambazonie s’attaquent pour la première fois aux bus de transport interurbain

2

Des combattants attribués aux forces de l’Ambazonie ont coupé la route et vandalisé des bus de transport interurbains  a appris bougna.net. Des images largement relayées sur les réseaux sociaux montrent une douzaine de bus, dont trois de l’opérateur de transport Amour Mezam endommagés.

Les premières informations rapportées par les témoins font état de ce que c’est à la suite d’un échange de coups de feu avec les forces camerounaises que les combattants sécessionnistes ont décidé de vandaliser les bus. Une information que les administrateurs du transporteur Amour Mezam, que nous avons pu joindre, n’ont pas souhaité commenter.

Le bilan fait état de ce que le chauffeur de l’opérateur de transport interurbain Moghamo a  été abattu. Les informations actuellement en notre possession ne permettent pas de dévoiler son identité, encore moins de déterminer les conditions exactes de son décès.

Un témoin raconte que « Les véhicules quittant Bamenda pour d’autres régions du Cameroun sont maintenant acheminés à “Akum, Up station”, dans l’arrondissement de Bamenda 1, à quelques kilomètres de la ville en raison de l’atmosphère tendue dans la région ». En tout cas, ajoute cette source : « Aucun véhicule qui a voyagé dans la région la nuit n’est arrivé et ceux qui partent la nuit ne sont pas encore arrivés à Santa. Ils sont toujours dans la Mezam depuis hier soir ».

Depuis cette nuit, la circulation reste bloquée à l’entrée de la capitale de la région du Nord-Ouest. C’est la première fois, depuis le début de la crise anglophone, qu’une attaque de cette ampleur est perpétrée sur des bus de transport interurbain.

Certes, depuis le début de la crise, les opérateurs de transport ont été la cible des sécessionnistes. Plusieurs fois, des bus et leurs passagers ont été immobilisés, et leurs occupants fouillés ou violentés par des combattants se revendiquant de la république autoproclamée d’Ambazonie. Mais ces attaques, généralement sporadiques, n’avaient lieu qu’en zone rurale, et très rarement dans les grands centres urbains.

 

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here