Hilaire TINEN (DG Camtrack) : « Le dispositif Ym@ne Driver a pu montrer son efficacité »

0
Hilaire TINEN (DG Camtrack)

Il y a un an, le Ministère des Transports et la société CAMTRACK dont vous avez la charge, ont lancé un nouveau dispositif de suivi centralisé du transport interurbain de personnes et de marchandises. Près d’un an plus tard, quel bilan faites-vous de cela ? 

Le Projet de Gestion et Suivi centralisé du transport routier interurbain a été lancé le 21 septembre 2021 par le Ministre des Transports et initié par une phase pilote qui a duré 1 an jusqu’en septembre 2022, avec 100 véhicules de transport interurbain de personnes appartenant à 19 compagnies de transport.

A l’issue de cette phase pilote 1 seul accident de la circulation a été répertorié sans perte en vie humaine, et ceci en début de période test. A présent à date, soit 10 mois après la fin du Pilote évoqué, il est à noter qu’aucun véhicule équipé de la technologie Ym@ne Driver n’a été victime d’accident engageant la responsabilité du conducteur. Le bilan global du dispositif de suivi centralisé à ce jour se résume donc en 1 accident matériel et 0 décès en presque 2 ans d’exploitation.

 

A ce jour, combien de caméras sont en circulation ? Combien d’emplois avez-vous créés ? Peut-on savoir combien de personnes sont affectées au visionnage des images des caméras installées dans les véhicules ? 

A ce jour, près de 800 véhicules de transport interurbain sont équipés du dispositif intelligent et sont en circulation sur nos routes, soit 300 dédiés au transport de personnes et environ 500 pour le transport de produits pétroliers. Ces installations sont effectuées par des techniciens qualifiés qui sont recrutés au fur et à mesure de la croissance de l’activité.

Des équipes rattachées au Ministère des Transports sont dédiées à la surveillance en temps réel et 24/7 des véhicules au quotidien.

Cependant pour une meilleure efficacité chaque compagnie de transport est responsable du suivi de son parc de véhicules, ceci par des agents recrutés directement par elle. Ainsi plusieurs recrutements ont été faits mais les données sont disponibles auprès des compagnies elles-mêmes.

 

Il y a quelques jours, un bus de l’opérateur de transport interurbain Général Express a été impliqué dans un accident de la circulation. L’entreprise, pourtant pionnière dans la mise en œuvre de ce dispositif, ne semble pas avoir échappé aux accidents. En quoi votre dispositif embarqué peut-il être efficace contre les accidents de la circulation ? 

En terme d’accident il faut les distinguer en 2 types : l’accident responsable c’est-à-dire généré du fait d’une faute ou d’une infraction commise par le conducteur du véhicule surveillé et l’accident non responsable c’est-à-dire provoqué par un conducteur tiers sur l’espace routier et qui en vient à percuter le véhicule. L’on ne peut donc pas dire qu’avec des caméras de vidéosurveillance les accidents sont désormais impossibles.

Dans le cas de l’accident de la circulation de la compagnie Général Express dont vous parlez, les différentes caméras installées à l’intérieur du véhicule montrent clairement que le véhicule de ladite compagnie a respecté toutes les consignes de sécurité : vitesse de circulation correcte, concentration au volant, pas de signe de fatigue ou de somnolence, pas de distraction, port de la ceinture de sécurité.  La caméra dédiée à l’enregistrement de l’environnement routier montre également très clairement que l’accident est dû au choc causé par un véhicule arrivant en sens inverse et venu percuter frontalement le véhicule de transport en commun. Cet accident n’implique donc en aucun cas la responsabilité de la compagnie de transport.

Le dispositif Ym@ne Driver a pu montrer une fois de plus son efficacité dans la lutte contre les accidents. En effet, malgré l’heure tardive nous pouvons apercevoir à travers les vidéos reçues un conducteur ayant un comportement de conduite irréprochable (possibilité d’alertes préventives pour une correction immédiate en cas d’attitude déviante).

De même, nul n’ait besoin d’une intervention extérieure pour la définition des responsabilités lorsque malheureusement un accident a tout de même lieu. Quelques minutes après l’accident les caméras Ym@ne Driver ont clairement démontré que la responsabilité du conducteur du bus et donc de la compagnie n’était nullement engagée

 

Après la phase pilote, au cours de laquelle le Ministère des Transports et CAMTRACK ont présenté des résultats « excellents », on observe une certaine réticence de la part des opérateurs de transport interurbain de personnes. Selon nos informations, très peu ont adhéré à ce projet. L’une des raisons évoquées est le coût de l’infrastructure, environ 55 000 FCFA par véhicule. Une charge supplémentaire qui ne peut être répercutée sur le coût du ticket de voyage. Que répondez-vous à cela ? 

55 350 FCFA soit 1 845 FCFA/jour pour un véhicule de transport qui transporte en moyenne 90 à 150 personnes par jour soit entre 12 et 60F par jour et par passager pour leur sécurité est un investissement pour la compagnie et non une charge en tant que tel. Les résultats qui vous ont été présentés précédemment parlent d’eux-mêmes.

Investir environ 55 000 FCFA par mois et voir le taux d’accident de son parc de véhicules diminuer considérablement, voir ses recettes augmenter significativement, voir son matériel de production préservé, savoir ses conducteurs adopter de plus en plus des attitudes respectueuses des règles de sécurité et enfin apprécier la nouvelle image “Safe” de son entreprise auprès du public en quête de toujours plus de sérénité lors de ses déplacements est une véritable valeur ajoutée pour les patrons de compagnies de transport.

Des enquêtes menées sur le terrain montrent un impact plutôt mineur de vos équipements sur les accidents de la circulation. Dans certaines entreprises, nous avons observé un effort, par les opérateurs eux-mêmes, aux niveaux de la formation, du recyclage, et de la surveillance interne. Dans certaines entreprises, des systèmes de primes ont été institués pour encourager les conducteurs aux bonnes pratiques. La caméra n’arrive-t-elle pas dans un système où tout est déjà mis en place pour éviter les accidents de la circulation ? 

Les caméras intelligentes installées dans les véhicules ont un rôle d’accompagnement des conducteurs durant leurs trajets. A côté de cela, les agents de surveillance en poste dans les salles de contrôle renforcent la prévention d’éventuels accidents par une intervention directe auprès des conducteurs dont des infractions à risque sont relevées pendant leur conduite. Cela n’enlève en rien le besoin voire la nécessité d’instaurer des sessions de mises à niveau des conducteurs qui par ailleurs peuvent être complétées grâce aux données de conduite tirées de la plateforme.

La sécurité routière est une question d’anticipation des accidents, de prévention. Et dans ce domaine Ym@ne Driver joue parfaitement son rôle, complété par un fonctionnement en temps réel, H24 et 7 jours sur 7.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here