La Justice pourrait émettre un mandat d’arrêt contre l’ex-Ministre Mefiro Oumarou en cas de non-paiement de 8,2 millions de FCFA à un entrepreneur

0
Mefiro Oumarou ex-Mindel aux Transports. Crédit Photo: Bougna

Le Tribunal de Première instance (TPI) de Yaoundé, Centre-administratif a condamné (le 19 décembre 2019) Mefiro Oumarou, ex-Ministre délégué auprès du Ministre des Transports au versement de 8,2 millions de FCFA à monsieur Chendjou Landry, entrepreneur, pour abus de fonction.

Soit huit millions de FCFA en guise de réparation du préjudice subi par le plaignant (Chendjou Landry), et une amende de 200 000 FCFA. Avec en plus, un mandat d’incarcération décerné à l’encontre de l’ex-membre du gouvernement en cas de non-paiement de ladite amende.

L’affaire qui maintient une épée de Damoclès sur la tête de l’ex-ministre date d’il y a quatre ans, précisément le 05 décembre 2015. Le camion appartenant à Chendjou Landry est percuté en plein virage par une grosse cylindrée.

« Un homme, seul à bord, est sorti et s’est présenté comme étant “le ministre des Transports”. Il a immédiatement exigé que le chauffeur appelle son patron pour venir prendre en charge les dégâts sur son véhicule. Notamment le remplacement d’un pot de phare brisé », raconte le journal spécialisé Kalara.

A LIRE SUR BOUGNA.NET

Surpris au volant d’un taxi en uniforme, un policier camerounais doit s’expliquer devant les juges

M Elias Nga, conducteur du camion, s’oppose à cette injonction, et demande qu’un constat soit préalablement dressé. Une réponse qui ne plaît pas au membre du gouvernement qui fait appel à son chef d’escorte, un gendarme qui s’amène avec six collègues sur les lieux.

« Elias Nga raconte que le dossier du camion, son permis de conduire et sa Carte nationale d’identité lui ont été retirés sans ménagement. Il lui a aussi été donné l’ordre de conduire le camion à l’esplanade du ministère des Transports », ajoute le journal de Christophe Bobiokono.

Qui précise qu’ici, « trois commissaires l’attendaient sur place pour le conduire dans les locaux de l’Ecole de Police où il a été gardé à vue pendant 48 heures. Libéré le 07 décembre suivant, il est retourné au Mintransports pour récupérer ses documents personnels. Il ne rentrera en possession que de sa CNI ».

Le camion, gardé au ministère ne sera pas remis. Malgré la sommation adressée au ministre, visant la restitution de l’engin « confisqué » dans ledit département ministériel.

Malgré la décision de justice, Landry Chendjou a annoncé son intention de faire appel du jugement. Idem pour l’ex-ministre qui « aurait projeté de contester la décision qui le condamne », conclut Kalara.

 

Lire aussi :

05/01/2019      Réaménagement du gouvernement : Arrivées et départs sur les routes de Dion Ngute

30/11/2018      Mefiro Oumarou : Le Salon de l’Automobile accompagne la politique nationale de réduction des accidents de la circulation

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here