Le PAK trouve un accord avec le GTTC et obtient la promesse de la venue, dès le 03 septembre, d’une première flotte d’une vingtaine de camions

1
Camion dans un port. Crédit Photo: Journal Intégration

Le Port Autonome de Kribi (PAK) a trouvé un accord avec le Groupement des Transporteurs Terrestres du Cameroun (GTTC) pour l’acheminement par route des conteneurs et marchandises débarquées des navires. C’est la principale information à retenir de la vidéoconférence tenue ce 18 août entre les deux entités.

Concrètement, apprend bougna.net, une première flotte d’une vingtaine de véhicules appartenant aux membres du GTTC sera disponible ce 03 septembre 2020 pour faciliter le transport sur petites distances (quai-parc ; quai-entrepôt-Kribi), mais aussi vers Douala, voire Yaoundé.

Au cours des échanges, plusieurs goulots d’étranglement ont été présentés par le groupement des transporteurs. A l’instar du coût du transport Kribi-Douala, et la traversée des corridors.

« Le GTTC indique que le départ ou le retour se fait généralement à vide, ce qui est un véritable frein à même de décourager plus d’un. Ibrahima YAYA, le Président du GTTC, en reconnaissant qu’aucun début n’est facile exhorte ses pairs à poursuivre leurs efforts en envoyant quelques camions à Kribi », rapporte le PAK dans le N°062 de sa traditionnelle Newsletter « La Lettre du PAK ».

D’ores et déjà, des dispositions ont été prises par le Groupement pour les facilités d’accueil, de restauration et d’hébergement des conducteurs.

Michael MAMA, Directeur de l’Exploitation (DEX) du PAK a par ailleurs encouragé le GTTC à mettre en place une bourse de fret en ligne, qui facilitera le rapprochement de leur offre aux besoins des chargeurs, et permettra aux transporteurs d’être dans de meilleures positions pour négocier ces coûts.

A lire aussi sur bougna.net

Philippe Tagne Noubissi : Les contrôles « pléthoriques » font pourrir nos marchandises en route

Tous les goulots d’étranglement n’ont cependant pas trouvé de solution au cours de ces échanges. C’est le cas de la question de la traversée des corridors, qui reste pendante. Selon des données officielles, les conducteurs de camions paient environ 140 000 FCFA par voyage aux nombreuses barrières (Police, Gendarmerie, Douane) érigée sur les corridors camerounais.

Un « trop grand nombre de barrières » qui, selon les transporteurs, leur fait perdre environ 2 milliards de FCFA par an.

Si Ibrahima YAYA s’est réjoui du « léger changement dans le bon sens » observé, le Président du GTTC, continue d’attendre la mise en œuvre des recommandations de la mission récemment conduite sur les corridors par le Secrétaire Général de Port Synthèse.

 

Lire aussi :

17/07/2018      Cyrus Ngo’o : « Le tissu économique a perdu 200 milliards de FCFA sur l’autel des intérêts personnels »

26/06/2019      Pour fluidifier le trafic sur ses corridors, le MINTP annonce le démantèlement de toutes les stations de pesage à l’essieu mobile 

11/01/2019      Le Directeur général des Douanes du Tchad demande au Cameroun de prendre des mesures pour fluidifier le trafic sur ses corridors 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here