Ngalle Bibehe présente les avancées du Cameroun en matière de sûreté aérienne à la 40e Assemblée de l’OACI

4
La Délégation camerounaise à la 40e Assemblée de l'OACI. Crédit Photo: bougna.net

Le ministre des Transports, Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe, a présenté ce mardi, 24 septembre, les avancées du Cameroun en matière de sûreté aérienne à la 40e session de l’Assemblée de l’Organisation de l’aviation civile (OACI).

Un événement qui regroupe les 175 Etats membres de l’organisation mondiale, et une soixantaine d’organisations internationales à Montréal, au Canada. Et placé sous la présidence du Dr OLUMUYIWA Benard Aliu.

Dans son allocution donnée au cours de la plénière qui a suivi l’ouverture de cette 40ème session, Jean Ernest Masséna Ngalle BIBEHE a notamment fait le point de la mise en œuvre du processus de certification des aéroports internationaux de Yaoundé Nsimalen  et de Douala. Ainsi que la mise en œuvre du vaste programme de réhabilitation et de modernisation des infrastructures aéroportuaires et de navigation aérienne.

En matière de sûreté, le ministre des Transports a souligné, d’une part, que le niveau de mise en œuvre des normes et pratiques recommandées de l’OACI a été relevé. Et, d’autre part, que la réorganisation du système national de sûreté est effective et se traduit notamment par la mise en œuvre d’unités opérationnelles de sûreté sur les aéroports internationaux de Yaoundé-Nsimalen et Douala.

A LIRE SUR BOUGNA.NET

Assoumou Koki : « Le Cameroun a le privilège d’avoir deux très bons résultats de l’OACI en une année »

Des efforts reconnus par les résultats de l’audit de l’OACI d’avril 2018, au terme duquel le Cameroun a enregistré  un taux de conformité aux normes de l’annexe 17 de l’ordre de  70,96%, ainsi qu’un  taux de mise en œuvre d’un système de supervision de sûreté  de l’aviation estimé à 68,85%.

En ce qui concerne le transport aérien, le Ministre des Transports a relevé premièrement que le trafic de passagers a connu une croissance régulière de 5% par an dû à la densification du portefeuille des accords aériens de l’Etat. Deuxièmement,  la mise en œuvre de la politique de libéralisation de l’espace aérien prôné par l’OACI, s’est renforcée  avec l’adhésion du Cameroun  au Marché Unique du Transport Aérien en Afrique en 2018.

Pour ce qui est de la protection de l’environnement, le Ministre s’est félicité de la validation du  Plan d’actions pour la réduction des émissions de CO2 soumis par le Cameroun en 2015 et de sa mise en œuvre consécutive qui a conduit à l’installation des panneaux solaires photovoltaïques, de groupes fixes d’alimentation en électricité au sol ainsi que d’unités modernes de pré-conditionnement d’air  en 2018 à l’aéroport international de Douala.

S’agissant enfin du renforcement des capacités des personnels de l’Aviation Civile, le ministre a indiqué que l’Ecole de formation de la Cameroon Civil Aviation Authority (CCAA) a été érigée en Centre de formation Régional AVSEC en octobre 2018 et, a passé avec succès l’évaluation en vue de son adhésion comme Membre Associé.

A LIRE AUSSI SUR BOUGNA.NET

Jallow Mam Sait : « Pourquoi l’OACI a remis la certification au Centre de formation de la CCAA »

Pour rappel, la 40e Assemblée de l’OACI a pour rôle de passer en revue les travaux de l’OACI, de voter le budget, d’élire les membres du Conseil, de proposer des recommandations politiques et d’adopter des résolutions. Elle se réunit au minimum une fois tous les 3 ans. L’Afrique à 8 sièges au conseil de l’OACI

Avant la cérémonie d’ouverture, Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe a pris part à la réunion des ministres africains des transports. L’objectif de la réunion était de sensibiliser les ministres aux questions et défis auxquels l’Afrique est confrontée au niveau de L’OACI.

Lors de la plénière, des commissions et comités ont été institués. Les membres de ceux Ci débattront,  de la politique permanente  de l’OACI dans les domaines,  juridique, économique, administratifs, technique.

Bien entendu, d’autres sujets comme les privilèges de vote des États, les rapports annuels du conseil, un rapport d’avancement sur les principales activités  dans le domaine de la sûreté de l’Aviation, le budget, la situation du personnel de l’OACI, la gestion des ressources humaines ((représentation géographique équitable, la parité des sexes et les données démographiques).

 

Lire aussi :

08/12/2018      L’OACI et la CCAA relever le niveau de contrôle des passeports au niveau des frontières camerounaises 

31/10/2018      Une taxe carbone imposée aux compagnies de transport aérien dès le 1er janvier 2019 

4 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here